La Société des Ingénieurs et Scientifiques de France (IESF), a diffusé ce jour sa 26ème enquête socio-professionnelle sur la situation des ingénieurs, réalisée en mars et avril 2015 sur la base de chiffres 2014.

Près de 55000 réponses ont été recueillies cette année, auprès des 175 associations d’ingénieurs diplômés adhérentes à IESF qui on t invité leurs adhérents à répondre au questionnaire très détaillé qui leur était proposé par Internet.

Les ingénieurs et scientifiques représentes 4% de la population française, avec 1 000 000 d’ingénieurs et de scientifiques et 200 000 chercheurs.

Les ingénieurs en sociétés de services représentent 16,1% des ingénieurs et scientifiques (en 2014).

 

 

 

Les salaires moyens et médians

 

Le salaire médian des ingénieurs en France est de 55 900 €.

Le salaire moyen, de 67 800 €, progresse plus vite mais ce sont les gros salaires qui augmentent le plus.

En France, le salaire médian des ingénieurs (55 900 €) progresse au rythme de l’inflation : +6,7 % entre 2008 et 2014 pour une inflation de 6 % sur la période.

Pour rappel, le salaire médian des cadres français en 2014 est de 48 000 €  (source INSEE).

Toutefois, il faut noter que seuls les salaires des ingénieurs les mieux rémunérés progressent tandis que sur la même période les autres augmentent moins rapidement que l’inflation. Les plus âgés ont bénéficié d’une plus grande progression salariale que les plus jeunes.

Une vraie ligne de démarcation existe entre les moins et plus de 45 ans. La progression des hauts salaires étant proportionnellement plus importante, le salaire moyen (67 800 €) progresse plus vite que la médiane (et dépasse largement l’inflation).

Ce phénomène s’observe à l’intérieur de chaque classe d’âge : ce sont les plus hauts salaires qui progressent le plus.

 

Année 2014 Δ 2008/2014
débutants 34 300 € + 1,7 %
<30 ans 39 000 € + 2,6 %
30-34 48 000 € + 2,1 %
35-39 58 000 € + 3,6 %
40-44 68 500 € + 3,8 %
45-49 80 000 € + 9,4 %
50-54 89 600 € + 11,1 %
55-59 96 200 € + 12,3 %
Ensemble (<65 ans) 55 900 € + 6,7 %

 

Deux faits saillants :

  1. stagnation des salaires des ingénieurs débutants en décrochage avec l'inflation => le niveau de vie des ingénieurs diminue
  2. forte augmentation des salaires des "plus vieux" c'est à dire de ceux qui "commandent" => le niveau de vie des manageurs et autres "leaders" augmente

Même chez les ingénieurs et scientifiques les inégalités salariales s'accroissent.

 

Secteur d’activité Salaires
Agriculture, sylviculture, pêche 46 000 €
Industrie 60 000 €
Activités tertiaires (hors sociétés de services) 59 000 €
Sociétés de services 46 563 €

 

Concernant le salaire médian dans les sociétés de services il s'établit à 46 563 € soit 17% en dessous du salaire médian national.

Les ingénieurs/scientifiques des sociétés de services sont bien les ingénieurs/cadres low cost de l'industrie française.

 

Orange OAB

 

Chez OAB, en 2014, le salaire moyen de ingénieurs/cadres était de 42 000 €.

Le salaire médian des ingénieurs/cadres était de 38 400 € soit 31% en dessous du salaire médian national et 17% en dessous du salaire médian des société de services.

Les sociétes de services sont les entreprises low cost de l'industrie, OAB fait partie des entreprises low cost des sociétés de services et d'Orange en particulier.

 

On retrouve chez OAB la disparité d'évolution des salaires en fonctions du niveau de classification.

Ainsi entre 2013 et 2014, le salaire médian des cadres évolue comme suit :

  • +1,6% pour les débutants ;
  • +3,4% pour les "non-débutants" ;
  • +9,2% pour les hauts-manageurs ;

Faire en sorte, entre autre, de maitriser les salaires des salariés au plus bas est bien récompensé.

 

A noter que nous n'avons pas l'information pour les "très hauts" manageurs, la direction refusant de fournir l'information au Comité d'Entreprise (par pudeur ?).

Pour les non-cadres le salaire médian augmente de 2,8%.

Pour les assimilés-cadres le salaire médian augmente de 2,5%.

 

Comme au niveau national, les jeunes sont paupérisés. Les hauts salaires au service d'un système discriminatoire s'envolent.

 

Les ingénieurs/cadres des sociétés de services sont bien les ouvriers spécialisés du XXIème siècle (même si cela ne fait plaisir à certains, c'est malheureusement la réalité)

Ils ne leur reste plus qu'à en prendre conscience et à s'organiser pour revendiquer des salaires en relation avec leurs hautes qualification technique.

C'est là l'objectif de la CGT et de la CGT-NRS  en particulier.