Les News CGT Orange-NRS

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

France Télécom : Quand Orange vend ses bijoux de famille

Quand Orange vend ses bijoux de famille

 

Qu’est-ce qui se cache derrière la vente d'ETRALI, filiale rentable de France Télécom ?

 

ETRALI, filiale d’Orange Business Services est une société rentable, qui dispose d'un savoir-faire métier unique que très peu d’acteurs détiennent. Elle se trouve sur une niche sectorielle et un marché porteur et stratégique : le Trading. Aujourd'hui elle occupe la place de numéro 2 mondial sur son segment. Elle était présentée il y a encore peu comme le « business model » à suivre au sein du groupe.

Malheureusement pour les salariés concernés, notre groupe a décidé de vendre ETRALI en se plaçant visiblement dans une pure stratégie de désendettement et se débarrasse de ce bijou de famille, pour l’offrir à un fond d’investissement américain (Gores Group) !

 

 

Du point de vue social, l'inquiétude des salariés est justifiée. Même si ceux-ci font le pari de croire au projet industriel, l'expérience et les principes même de fonctionnement de ce type d’actionnaire montre qu’ETRALI sera probablement revendue par le fond d’investissement dans 4 ou 5 ans. Le volet social risque d’être le dernier des soucis de cet actionnaire américain.

Du point de vue économique, ETRALI est positionnée sur un marché en pleine croissance, autour d'une activité stratégique dont l'excellence opérationnelle repose justement sur la qualité des réseaux et services associés.

Nous nous interrogeons donc sur la rationalité d'une stratégie industrielle ambitieuse d'un opérateur français tel que notre groupe, à la recherche de relais de croissance, qui se termine par la cession d'un actif rentable tel qu'ETRALI.

Concomitamment, nous avons appris que dans une entité d’ETRALI à l’étranger des sommes conséquentes avaient disparues. Ces détournements sont passés à travers les différents audits de comptes annuels. Un audit approfondi de l’ensemble des comptes d’ETRALI a été réalisé en 2012. Plusieurs centaines de milliers d’euros auraient été dépensés pour celui-ci. C’est après cet investissement qu’ETRALI est cédée.

La direction nous affirme que le récent départ du DAF de NRS n’a aucun rapport direct ou indirect avec cette histoire…

N’oublions pas également que la direction a promis 0,8€ de dividendes par actions pour assurer 10% de rentabilité ! Il faut trouver les liquidités nécessaires à cette ambition purement financière. Est-ce pour cela que la direction sacrifierait une entreprise viable et ses salariés ?

Le Représentant Syndical CGT au CCE NRS

Vous êtes ici :