Intéressement 2021 : on ne demande pas l’aumône !

En mai dernier, nous vous annoncions l’ouverture des négociations de l’avenant n°2 à l’accord d’intéressement, pour définir les critères de déclenchement et de calcul de l’intéressement 2021. Nous pensions que c’était pour nous l’occasion de demander à corriger les défauts d’un dispositif actuel trop centré sur la profitabilité, dont l’objectif est inatteignable et qui ne tient pas suffisamment compte des autres critères mis en place.

Mais la crise COVID est passée par là… et dans la continuité des futures NAO qui s’annoncent étriquées et de l’accord COVID qui vous a ponctionné quelques jours de congés payés en mai, la direction a saisi de nouveau l’opportunité pour arguer que dans le contexte actuel « Nous n’avons pas les moyens de nous offrir un intéressement ».

Pourtant, notre secteur est l’un de ceux qui souffre le moins des conséquences de la crise sanitaire, et les résultats le prouvent, avec des revenus qui se maintiennent. La profitabilité n’est certes pas au niveau de l’objectif fixé par la direction, mais c’est essentiellement pour des raisons structurelles (coûts commerciaux, frais de structure liés à notre modèle d’organisation, dérives projets), ainsi que nous l’a présenté la direction elle-même. La crise COVID a bon dos !

Malgré nos protestations, dans cet avenant n°2, la direction a décidé de fixer des objectifs en fonction d’un budget cible d’intéressement de 200€ par salarié pour l’année prochaine. Autant dire des « cacahuètes » par rapport aux intéressements précédents !

Nous considérons cette logique inacceptable, tant dans sa justification que dans la comparaison que chacun ne manquera pas de faire avec le niveau d’intéressement de nos collègues Orange SA avec qui nous travaillons en « mode Alliance ».

Alors que la CGT OBS avait signé l’avenant n°1 l’année dernière, cette année ce sera sans nous.

En effet, le signer signifie cautionner une politique salariale toujours moins disante et donner le signal à la direction qu’elle peut continuer dans ce sens pour les années futures.

Malheureusement, les autres syndicats ne nous ont pas suivis. Ils ont signé et de ce fait vont permettre à cet avenant misérable de se réaliser.

Vous méritez pourtant mieux que l’aumône proposée !

 

La rémunération des cadres a progressé de 2,3% en 2020 : et pour vous ?

Selon la 18ème édition du baromètre Expecta publié le 31 août, malgré une chute des intentions d’embauches (-18,5% au 1er semestre), la rémunération des cadres a progressé en moyenne de 2,3% en 2020, dans la droite ligne de 2019 (+2,4%).

Le salaire médian, réalisé à partir de l’analyse de 41 222 fiches de paie de profils bac+2 à bac+5*, s’élève à 46,8 k€ (sur l'UES OBS, en 2019, le salaire médian de l'ensemble des salariés était de 44,8 k€).

Début 2020, les besoins en recrutements étaient encore bien orientés, les entreprises devant faire face à une forte pénurie de main-d’œuvre, notamment chez les cadres qui, par ailleurs, connaissaient une situation de plein-emploi.

Résultat, la tendance à l’individualisation des négociations salariales s’est poursuivie, participant à tirer les rémunérations vers le haut. L’ensemble des secteurs ont été concernés, mais ce sont les cadres de l’ingénierie/industrie et du marketing, portés par les enjeux de transformation digitale des entreprises, qui en ont le plus profité (2,4%). 


NAO UES OBS 2020 : PV de désaccord

Les négociations de l’accord NAO « chapeau » sur l’UES s’est soldé par un échec et un PV de désaccord.

Comme en en 2019, les syndicats n’ont pas souhaité cautionner la position de la direction.

Concernant la CGT OBS, nous avons considéré les négociations comme étant déloyale car il y a eu utilisation de la crise Covid19 pour des NAO minimales, une rétroactivité des augmentations à septembre 2020 au lieu de janvier et la prise en compte des données financières du T1 2020 alors que les résultats 2019 a été très bons.

En plus, la direction définit une éligibilité des augmentés qui va exclure les salariés arrivés après le 2 janvier 2019 !

Encore une fois c’est la recherche d’économies sur les rémunérations des salariés qui est recherchée.

 

NAO 2020 OCD SAS

Les négociations débutent seulement en filiales.

La CGT OBS reste en attente de données économiques permettant une réelle négociation : résultats T1, T2 et T3 2020, salaires et augmentations des salariés par métier, salaires et augmentations par direction.

Pour l’instant la direction OCD refuse de donner ces informations pourtant essentielles pour comprendre la politique salariale dans l’entreprise.

En première annonce, la direction OCD a proposé une enveloppe globale de 2,4% de la masse des salaires fixes (plus faible que la masse des rémunérations globales qui comprend les primes, PV, etc.).

 

NAO 2020 OBS SA

La première réunion de négociation a été reportée au 16 septembre.

 

17 septembre journée nationale de grève et de manifestation

Halte à la casse sociale sous couvert de la pandémie !

Dans nos filiales comme ailleurs, la pandémie Covid19 a été l’opportunité pour les employeurs de promouvoir des régressions et des économies au détriment des salariés.

Ensemble pour imposer un monde plus juste et solidaire !

Tract fédération société d’études

 

Préserver l’emploi et la santé c’est possible, c’est une question de volonté politique !

Tract CGT cadres et tech

 


FAQ Comment faire grève ?